Rechercher
  • Olivier GILLES

#Accompagner des changements : une posture d’équilibriste, fragilisante, jamais acquise

Dernière mise à jour : juil. 13

#Accompagner des #changements : une posture d’équilibriste, fragilisante, jamais acquise


Les changements auxquels les entreprises doivent s’adapter en permanence sont d’ordre systémique : ils impactent l’ensemble des éléments de l’organisation (activités, moyens, règles de fonctionnement, , espace, …) , mais surtout les individus : leur manière d’agir, leur position dans le groupe,, leurs #représentations ou leurs #valeurs, leur manière d’être en #relation les uns avec les autres, et de travailler ensemble, et en conséquence leurs #motivations ; tel l’effet papillon, ou l’effet domino « Qu’un seul élément change et tout est modifié »


Or on demande aux individus de changer et de s’#adapter au même rythme que l’organisation …. Mais justement les possibilités de #changement des individus sont souvent plus lente. Les #résistances humaines sont multiples et complexes. ‘

Lorsqu’on parle « d’accompagner un changement », il est souvent question de repérer les étapes du processus du changement et de proposer des moyens à mettre en œuvre pour le faciliter : planifier, animer des réunions spécifiques, créer des groupes test, réaliser des #entretiens d’#accompagnement individuels ou collectifs, …, Ces moyens, sont éprouvés, ils sont nécessaires mais pas suffisants.

Il faut être doué d’une #écoute patience et bienveillance : le processus de changement ne se fait pas sans #résistance, voir sans risque tant au niveau individuel qu’au niveau d’un groupe.


-> Pour celui qui accompagne :

L’exercice est difficile car il oblige décentrement de soi, ouverture à la #différence de l’autre, incapacité à le rejoindre totalement et incompréhension de ce qui est vécu en dehors de soi. L’autre est un autre moi-même, en même temps l’autre est mystère (« l’autre m’échappe en raison de son #altérité même, car il est mystère. » nous disait Emmanuel Levinas). « Il n’est donc pas possible d’#objectiver l’autre puisqu’il est sujet. Et s’il est #sujet il est inaccessible à ma conscience ».

Dans ce contexte, il impose d’écarter une #écoute ou une #communication qui consisterait trop rapidement à vouloir

- com-prendre (le prendre pour moi, le con-tenir),

- se mettre à sa place, (et quelle place aurait-il alors ?)

- ou à con-vaincre (utilisation de la force au risque de dominer ?).

Accompagner l’autre ne peut se faire qu’avec une extrême prudence. Levinas poursuit: « ce n’est pas par ma force que j’ordonne à autrui de changer, mais au contraire en raison de ma fragilité » …. Aux antipodes d’un souci de rentabilité

Alors certes, de nombreux moyens pour #accompagner les #changements mais une posture d’équilibriste, fragile, jamais acquise pour celui qui accompagne,


Partageons sur nos expériences respectives : Un premier pas pour nous aussi entrer dans cette démarche de changement en nous laissant bousculer, pour progresser et grandir


#accompagnement #changement #décision #adaptation #différence #communiquer #altérité #résistances

Posts récents

Voir tout